FIF La Rochelle : Merci et à l'année prochaine ! partager

Chères amies, Chers amis,


Cela devient presque une habitude mais comment ne pas s’en réjouir ? L’édition du Festival 2017, la 45e, est la meilleure que nous ayons jamais connue.


Le précédent record de fréquentation de 2016 est battu : nous totalisons 84 737 entrées salles (contre 80 862 ) et 90 072 pour la fréquentation globale (contre 85 748) si l’on inclut l’exposition des "Moomins" à la Médiathèque Michel Crépeau (visible jusqu’au 30 septembre) et celle des affiches originales des films d’Alfred Hitchcock à la Tour de la Lanterne ainsi que les rencontres publiques et professionnelles, les lectures et les conférences organisées chaque jour.


Nous avons donc, en une année, progressé de 4,92% . C'est le plus beau cadeau d’anniversaire dont nous pouvions rêver !


La rançon de cette gloire éclatante a été l’allongement des files d’attente, essentiellement devant les salles du Dragon CGR. 
Dès septembre, nous allons nous atteler à explorer toutes les solutions possibles pour résoudre ce problème de capacité des salles, devenu crucial et récurrent. 


Nous nous devons d’accompagner le succès grandissant du Festival, sans en avoir, pour le moment, les moyens structurels ni financiers puisque ceux-ci n’ont pas évolué (et sont même en diminution) depuis 2012 !
Deuxième chantier, donc, mais dont le premier dépend nécessairement…


Toute l’équipe du Festival (plus d’une centaine de personnes : professionnels et bénévoles, techniciens, chargés des accréditations, de l’accueil, traducteurs, chauffeurs, contrôleurs de salles, régisseurs, projectionnistes, boutique, billetterie, signalétique, diffusion, relations publiques, photographes, logistique, presse, séances enfants, administration, comptabilité, etc.) est restée sur le pont sans faiblir durant ces dix longues journées particulièrement denses et riches d'animations de toutes sortes. Qu’elle soit ici remerciée, c’est grâce à elle qu’un climat de bienveillance amicale mais rigoureuse irrigue le coeur battant de l’évènement, ressenti et apprécié par les festivaliers et les invités, d’où qu’ils viennent.


Après avoir épluché les centaines de questionnaires remplis par les spectateurs, écouté les avis des uns et des autres et en tenant compte de l’affluence régulière dans les salles (chaque jour, une bonne partie de celles-ci étaient pleines), nous constatons un intérêt égal et passionné pour l’oeuvre complète d’Andrei Tarkovski (lequel, à travers Le Miroir, a inspiré Stanislas Bouvier pour son affiche) et pour les 32 films programmés d’Alfred Hitchcock, sans oublier ceux de la période muette, tous en ciné-concerts. Les rétrospectives ont donc rencontré leur public, y compris, dans une moindre mesure car les films étaient montrés dans de plus petites salles, le cinéma un peu oublié de Michael Cacoyannis.


Les cinéastes israéliens ont éveillé la curiosité de beaucoup de spectateurs qui tentaient d’en découvrir le plus possible. Bien que montrés 3 fois chacun, ils ont souvent fait salle comble.

Rubén Mendoza a charmé le public par sa chaleureuse spontanéité. Ses films, pour la plupart inédits, ont obtenu un très grand succès.

Volker Schlöndorff, disponible et disert, a été voir des films sans pour autant oublier de présenter les siens et de découvrir l’île de Ré.

Laurent Cantet, arrivé en fin de festival, a prolongé l’enthousiasme général quand Katsuya Tomita découvrait avec stupéfaction les salles pleines, dès le matin, d’un public curieux et enthousiasmé par ses films hors du commun. 

Le travail d'historien d’Andrei Ujica a rencontré un très vif intérêt et et nourri une rencontre féconde, animée par Antoine de Baecque.


Ici et ailleurs, section forte de 46 longs métrages internationaux, a permis de découvrir le meilleur de Cannes 2017 (dont la Palme d’Or, le Grand Prix, le Prix du Jury, la Caméra d’Or…) mais aussi un panorama étonnant de films tous singuliers, originaux, passionnants, tournés et glanés entre 2016 et 2017.
Les enfants se sont trouvés des cousins et cousines scandinaves, pas si éloignés que ça, avec les Moomins et Fifi Brindacier.


Nous avons passé une journée avec Jean Gabin et une nuit avec Arnold Schwarzenegger, deux acteurs que le temps et l’espace séparent mais qui ont chacun gagné les faveurs d’un très large public. 


Nous avons, entre autres films restaurés, dévoré Notre pain quotidien et Le Festin de Babette tandis qu’Un flic sur le toit éloignait les Nuages épars au firmament d'une belle sélection de films réédités.


La musique à l’écran a de nouveau été à l’honneur avec une création d’Arnaud Fleurent-Didier sur The Ring, les ciné-concerts quotidiens improvisés par Jacques Cambra, une inoubliable leçon de musique animée par Stéphane Lerouge avec Bruno Coulais et le témoignage amical de Volker Schlöndorff, un superbe concert de piano de Jean-Michel Bernard sur fond de tortues et de mérous dansants à l’Aquarium ainsi qu’une soirée mémorable, à la Sirène, avec le concert punk-rap de HO99O9.
Nous nous souviendrons bien sûr des trois désopilantes projections de Laurel et Hardy dans la grande salle de La Coursive où Serge Bromberg a donné toute la mesure de son talent d’animateur, d'historien et de musicien des grands burlesques des années 30.


Les soirées exceptionnelles portaient bien leur nom puisque de la très touchante BARBARA de et avec Mathieu Amalric, à LATIFA la combattante jusqu’à JEUNE FEMME de Léonor Serraille, elles ont dressé les portraits de femmes courageuses et magiques, simplement exceptionnelles !


Nous saluons et remercions les cinéastes, actrices et acteurs, musiciens, journalistes et collaborateurs qui nous ont accompagnés au cours de ces 10 journées à La Rochelle : Mathieu Amalric, Cédric Appietto, FrançoisAymé, Jean-Michel Bernard, Philippe Bettinelli, Cyril Brody, Serge Bromberg, Jacques Cambra, RobinCampillo, Laurent Cantet, Eric Caravaca, Alain Cavalier, HubertCharuel, Michel Ciment, Bruno Coulais, Jérémie Couston, Bernard Crombey, Séverine Danflous, Antoine de Baecque, Thierry de Peretti, MariaDoria, Laetitia Dosch, Jean Douchet, Maya Dreifuss, Serge Elissalde, Jean-Christophe Ferrari, ArnaudFleurent-Didier, Sara Giraudeau, Maryam Goormaghtigh, Stéphane Goudet, Emmanuel Gras, JoannaGrudzinska, Antoine Guillot, Vincent Haasser, Nicolas Habas, Fabien Hagège, Martin Hardouin-Duparc, Pierre Hébert,Ho99o9, Latifa Ibn Ziaten, Anne Imbert, Yves Jeuland, Serge Kaganski, Silvina Landsmann, Nadav Lapid, Vincent Lapize, Claude Le Pape, Cédric Lépine, Stéphane Lerouge, Chloé Mahieu, ValérieMairesse, Jacques Mandelbaum, Christine Masson, Ruben Mendoza, Thierry Méranger, Sami Mermer, KarimMoussaoui, Guillaume Namur, Terutarô Osanaï, Christian Paboeuf, Dominique Païni, Steve Patry, EricPauwels, Jean-Gabriel Périot, Olivier Peyon, XavierPicard, Lila Pinell, Isabelle Regnier, DominiqueReymond, Marc Roger, Volker Schlöndorff, Léonor Serraille, Ariel Schweitzer, Tali Sharon, Henri-NoëlTabary, Nicolas Thévenin, Katsuya Tomita, Andrei Ujica, Arnaud Valois, Philippe Van Leeuw, TeresaVillaverde, Pascal-Alex VincentWang Bing, Eugénie Zvonkine


Vous pourrez retrouver sur le site du Festival, la revue de presse, les photographies, les vidéos enregistrées chaque jour de cette 45e édition.

Nous remercions très vivement tous nos partenaires et ceux, nombreux, qui ont aidé à rassembler les conditions artistiques, financières et techniques nécessaires à la réussite de cette édition.

Nous vous donnons d’ores et déjà rendez-vous du 29 juin au 8 juillet 2018 pour notre 46ème édition !

Et pendant l'été, retrouvez en salles une partie des films programmés :
• Le Caire Confidentiel (sorti le 5 juillet), la rétrospective Andrei Tarkovski (en salles depuis le 5 juillet)
• Une femme fantastiqueAvant la fin de l’étéOut of the Present, L’Empire des sens et Equus (en salles depuis le 12 juillet)
• Été 93Nuages épars et Rembrandt Fecit 1669 (sortis le 19 juillet)
• Out et L’Ombre d’un doute (à partir du 2 août)
• Une vie violente (le 9 août)
• Lumières d’été et Une femme douce (le 16 août)
• 120 battements par minute (le 23 août)
• Gabriel et la montagne et Petit paysan (le 30 août)
• Barbara et Une famille syrienne (ex-Insyriated) (le 6 septembre)
• Phase IV (le 13 septembre)
• Terminator 2 en 3D (le 14 septembre)
• Faute d’amour et Kiss & Cry (le 20 septembre)...


Pour poursuivre votre Festival, nous avons par ailleurs référencé les films programmés disponibles en V.O.D.


À bientôt,

L’équipe du Festival

Voir plus loin
retour