Stage conventionné Afdas proposé par Stéphane Valensi partager

DU 10 JANVIER AU 4 FEVRIER 2011 Au CENTQUATRE Effectif : 12 stagiaires Durée : 140 h À destination de comédiens professionnels. INTERVENANTS Stéphane VALENSI, metteur en scène Nathalie ENO, assistante Elisabeth ANGEL-PEREZ, professeur de littérature anglaise à la Sorbonne DESCRIPTIF Je souhaite, en proposant un parcours dans l’oeuvre d’un des auteurs majeurs de la scène américaine, bousculer le préjugé parfois injuste porté chez nous sur le théâtre américain. Après avoir traduit et monté en mars 2007 trois pièces inédites en France, et animé un premier stage conventionné Afdas au Centquatre en janvier 2010, j'ai entrepris la traduction de plusieurs de ses oeuvres parmi les plus récentes. Le théâtre de Murray Schisgal m’apparaît comme un matériau de travail remarquable pour l’acteur. Conçues autour d’une situation simple, admirablement construites, portées par un dialogue brillant, ces pièces creusent un sillon : le personnage condamné à se métamorphoser pour survivre dans un monde hostile (cf Tootsie). Il se dégage de son théâtre une musique singulière, reconnaissable entre toutes, plus profonde qu’elle ne le laisse jamais paraître. Ses personnages confrontés aux difficultés de l’existence ne cessent de jouer, de se jouer d’eux-mêmes et des autres. Ils font du théâtre sans le savoir. Chez Murray Schisgal, l’habit fait le moine, chaque personnage joue de son identité et de celle des autres. Nous explorerons le théâtre de Murray Schisgal depuis les pièces que Laurent Terzieff fit connaître au public français dans les années soixante puis nous nous concentrerons sur ses nouvelles pièces. « A mi-chemin entre la satire, l’absurde et le micro-drame poétique, Schisgal affectionne particulièrement les formes courtes, dramaturgie de l’instant, du point de bascule. Le jeu de rôle, le travestissement, l’illusion, le faux pour dire le vrai : c’est autour de ces axes que s’élabore une dramaturgie centrée sur le personnage et l’acteur. » Elisabeth Angel-Perez, l'Avant Scène Théâtre « … Un des grands apports de Schisgal dans l’évolution du théâtre contemporain, c’est le détournement tout à fait singulier des stéréotypes du langage qui nous montre à quel point nous ne parlons pas, mais « nous sommes parlés » … ce dévoilement de la mécanique du langage n’appartient qu’à lui. » Laurent Terzieff « Il y a une pièce que j'ai découverte tout récemment en relisant le théâtre de Schisgal, c'est Les Chinois. Voilà, j'aurais pu écrire Les Chinois. Je pense. Cette manière justement de parler d'identité, de jouer avec, qu'on retrouve dans 74 Georgia Avenue, cette légèreté et en même temps il y a comme une démonstration de l'absurdité du monde dans lequel on vit … c'est à dire de vouloir se cramponner, se classer. Justement dans le discours qui est devenu oppressant aujourd'hui sur l'identité, une pièce comme les Chinois, par la dérision et l'humour, répond mieux que par des discours, que par une étude... En fait les philosophes ne sont pas ceux qu'on croit. C'est un philosophe qui ne philosophe pas. C'est à dire, c'est le lecteur, qui après avoir lu, ou le spectateur, qui va se poser des questions philosophiques. Je pense que ce qui aide à écrire, c'est effectivement de se lire dans les oeuvres des autres tout en étant différent parce que le vécu de chacun est différent. … Je pense que plus on parle de son vécu, plus on parle de ses problèmes, plus on est universel, plus on risque de devenir universel, et que viser l’universalité, ce n'est pas la bonne méthode.» Jean-Claude Grumberg, Extrait d’une rencontre avec Murray Schisgal au Musée d’Art et d’Histoire du judaïsme. « …En fait, je ne sais pas pourquoi j’écris comme je le fais, tout ce que je sais c’est que cela m’amuse… Ca m’amuse d’entendre mes personnages me dire ce qu’ils ont envie de dire, pas ce que j’ai envie de dire. Donc si j’écris et que ça se passe bien, mes personnages m’ autorisent à intégrer leur monde. Je ne peux pas mieux dire… » Murray Schisgal OBJECTIF DU STAGE • Parcours dans l’œuvre théâtrale de Murray Schisgal : lectures de pièces, approche dramaturgique • Explorer les registres comiques dans l’œuvre de Schisgal : satire, farce, dérision, grotesque • Les mécaniques du langage : absurde, nonsense • Travail d’interprétation. MURRAY SCHISGAL Né en 1926 à Brooklyn, Murray Schisgal est l’auteur de nombreuses pièces et scénarios.Son théâtre se situe à la croisée de l'avant-garde et du vaudeville, et apparaît comme le digne héritier de l'absurde et du nonsense britannique. Il commence sa carrière d’écrivain en 1960, lorsque Le Tigre et Les Dactylos furent créés à Londres – avant New York et une carrière internationale. En 1967, Murray Schisgal commence à écrire pour le cinéma et la télévision. Jusqu’au succès de Tootsie dont il fut le co-auteur et qui remporta de nombreux prix. Il a travaillé dans une société de production en association avec Dustin Hoffmann, qui a créé nombre de ses pièces. En France, Laurent Terzieff est le premier à monter ses oeuvres : Le Tigre, Les Dactylos, Fragments, Les Chinois au Théâtre de Lutèce, au Vieux Colombier et Love en 1965 au Théâtre Montparnasse - pièce qui sera reprise par Michel Fagadau – ainsi que Le Regard, dans une adaptation de Pascale de Boysson, au Théâtre Rive Gauche en 2003. STEPHANE VALENSI Né en 1966, Stéphane Valensi s’est formé au cours Jean-Laurent Cochet, Véra Gregh et à l’Atelier Andréas Voutsinas. Comme comédien, il a joué au théâtre sous la direction notamment de Patrick Haggiag (Le Chant des Chants de Henri Meschonnic, Trilogie du Revoir de B. Strauss, le Canard Sauvage de Ibsen, Laurent Terzieff (Dernières Lettres de Stalingrad), Alain Ollivier (Le Cid de Corneille), Jean Gillibert (Les Frères Karamazov de Dostoïevski, Athalie de Racine), Henri Ronse (Les Hauts Territoires de René Zahnd, Comédie de Beckett), Michel Guyard (La Poche Parmentier de Perec, Andromaque de Racine), Philippe Ferran (Fragments de Schisgal). En 2007, il crée la Compagnie Stéphane Valensi et met en scène au Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis 74 Georgia Avenue précédé de les Marchands Ambulants et le Vieux Juif, trois pièces de Murray Schisgal, qu’il a traduites et dans lesquelles il joue. Le spectacle a été repris au Théâtre des Halles à Avignon en juillet 2008 et au Théâtre des Célestins à Lyon en mars 2009. Il prépare actuellement la mise en scène de Maman revient pauvre orphelin de Jean-Claude Grumberg. INSCRIPTIONS Adresser avant le 15 décembre 2010 une lettre de motivation, un C.V. et une photo (par mail), à Stéphane Valensi compagniestephanevalensi@hotmail.fr Renseignements au 01 45 83 38 80 Dossier à retirer parallèlement à l’Afdas 66, rue Stendhal 75020 Paris Tél. 01 44 78 38 44 ou aller sur le site http://www.afdas.com/intermittents/plan_de_formation
retour